En voici un nouveau-né dont beaucoup souhaiteront voir à quoi il ressemble, vous l’aurez deviné,  il s’agit bel et bien de la nouvelle imprimante à jet d’eau, créée par des chercheurs tout droit venu de Chine.

Pour les plus écologistes d’entre nous, cette imprimante leur ira à ravir, puisqu’elle a pour principal avantage d’être beaucoup moins polluante que nos imprimantes traditionnelles, notamment par le fait qu’elle dispose d’un papier réutilisable, qui s’imprègne automatiquement de l’eau présent dans la cartouche de l’imprimante afin de révéler ses pigments, une fois l’impression faite.

De plus, nous ne laisserons pas les plus économes d’entre nous en reste puisque les coûts d’impression grâce à l’imprimante à jet d’eau serait 17 fois inférieur à ceux de l’impression à l’encre, ce qui constitue aussi, hormis son côté écologique, l’un des arguments de taille de cet imprimante « éco-friendly ».

Cependant, ce nouveau-né présente encore quelques petites imperfections, comme le fait que le contenu de la feuille s’efface après 22 heures dans des conditions dites « normales » (t° < 35°C), les chercheurs qualifiant cela de suffisant pour une lecture temporaire de la feuille.

Par ailleurs, ne vous méprenez pas sur la qualité de cet imprimante, puisque ses inventeurs comptent encore perfectionner leur petite fierté dans les années qui viennent en maximisant la durée de la lisibilité de cet encre à eau, d’autant plus que pour l’instant, elle peut être utile malgré ce petit défaut, puisqu’une étude a démontré que 40% des feuilles imprimées sont jetées après une lecture seulement.

Ainsi, même si l’imprimante à eau n’est pas encore « équivalente » à l’encre classique, elle reste une alternative intéressante pour réduire les pollutions et les dépenses superflues dues à l’usage de l’encre.

Un nouveau-né dont on a hâte de suivre les pas….