La plupart des enfants de cette génération sont encore trop jeunes pour dire quel est leur média favori, mais force est de constater qu’ils préfèrent toujours envoyer des lettres au grand saint, plutôt qu’un e-mail ou un message via Facebook. Et Saint Nicolas ? Il reste, depuis de nombreuses années, conscient de l’impact qu’exerce le « moment courrier » et préfère donc répondre également par lettre.

Cette année encore, le cabinet du grand saint sollicite dès lors l’aide de la poste belge pour ne pas être enseveli sous une montagne de lettres. Les enfants qui envoient leur petite liste de souhaits et de rêves sont si nombreux que les services de saint Nicolas ont du mal à y répondre.

Le grand avantage offert par bpost est de permettre aux pères fouettards de se concentrer sur leurs activités de base (core business). L’ensemble du volet d’exécution leur est en effet retiré.

Que doivent donc faire les enfants ? Écrire au saint, rue de l’Espagne 1, 0612 Ciel. Ils recevront en retour une petite lettre et une surprise de saint Nicolas. Les collaborateurs bpost du secrétariat de saint Nicolas et les facteurs y veillent.

Le secrétariat de saint Nicolas a besoin de l’adresse des expéditeurs pour pouvoir leur répondre. Voici donc un bon conseil aux enfants et à leurs parents : veillez à inscrire votre adresse sur l’enveloppe ou sur la lettre !

 

 


Source : Ruddy Van Halle